French Tech Night : Emmanuel Macron n’est pas inquiété

On croirait que se présenter comme candidat à l’élection présidentielle française porte malheur. En effet, après François Fillon, c’est Emmanuel Macron, qui vient d’être mouillé dans une affaire qui pourrait porter atteinte à sa personnalité.

French Tech Night – Macron, quel rapport ?

En janvier 2016, Emmanuel Macron s’est rendu à Las Vegas pour l’exposition mondiale ”Consumer Electronic Show” des entreprises sous le label « French Tech ». Mais derrière cette grande manifestation, des irrégularités ont eu lieu. L’organisme Business France, chargé de promouvoir à l’étranger les entreprises françaises, n’avait pas notamment fait d’appel d’offre pour l’organisation d’une soirée IT : la French Tech Night. Cette dernière a été confiée sans consultation à Havas. Et au regard du Droit, cet acte s’apparente à un favoritisme qui est passible d’une poursuite judiciaire

Le Parquet de Paris s’est saisi de l’affaire révélée par le “Canard enchaîné” depuis le 13 mars 2017.  Il a ouvert une enquête préliminaire pour « favoritisme, complicité et recel » ce mardi. L’enquête concerne notamment la soirée des start-up françaises ayant participé à la keynote de Las Vegas.

Étant donné qu’Emmanuel Macron fut Ministre de l’économie à l’époque où se sont passés les faits, il est touché automatiquement par ricochet. Néanmoins, l’actuel Ministre de l’économie et des finances, Monsieur Michel Sapin a déclaré à l’Agence France-Presse que le candidat à la présidentielle n’est pas mis en cause dans l’affaire.

Que risque Emmanuel Macron ?

Pour l’instant, le candidat à la présidentielle est à l’abri de poursuites. Comme c’est l’organisme Business France qui a donné à la société Havas l’organisation de l’évènement, Emmanuel Macron est ainsi écarté de la transaction directe dont le coût total s’élève à 381 759 euros.

D’autre part, l’insuffisance de temps pour faire un appel d’offre a été soulevé par Business France pour écarter l’accusation. Mais selon les termes de Monsieur Sapin, ce dernier aurait dû faire savoir, à l’époque, qu’elle ne pouvait pas procéder selon les règles. Pour l’instant, Monsieur Emmanuel Macron, n’a pas été convoqué pour l’enquête préliminaire du parquet.

copyright image – Europe 1